Qu'est-ce que le Web 3.0 : Le nouvel Internet est sur le point d'arriver

Qu’est-ce que le Web 3.0 : Le nouvel Internet est sur le point d’arriver

C’est une toile aux possibilités infinies, mais il est possible que nous nous retrouvions entrelacés dans la même vieille toile de la Big Tech.

L’émergence des technologies basées sur les blockchains, telles que les crypto-monnaies, les NFT, les métavers, les technologies de registres distribués, etc. est considérée comme l’annonce d’une nouvelle ère de l’Internet – une version plus transparente et ouverte du Web qui serait contrôlée collectivement par les utilisateurs, et non par des géants de la technologie comme Google et Facebook.

Certains experts estiment que ce Web décentralisé, également appelé Web 3.0, apportera plus de transparence et de démocratisation au monde numérique. Le Web 3.0 pourrait établir un écosystème numérique décentralisé dans lequel les utilisateurs pourront posséder et contrôler chaque aspect de leur présence numérique. Certains espèrent qu’il mettra fin aux systèmes centralisés existants qui encouragent l’exploitation des données et la violation de la vie privée.

Les idées et les conflits qui ont conduit au Web 3.0

En 1999, Tim Berners-Lee a introduit le terme « Web sémantique », une version évoluée de l’internet existant qui serait principalement gérée par des « agents intelligents » ou des machines capables de traiter le contenu d’une manière semblable à celle des humains. Berners-Lee et d’autres ont décrit cette vision dans l’article de mai 2001 de Scientific American intitulé « The Semantic Web », comme « une extension du Web actuel dans laquelle les informations sont dotées d’une signification bien définie, permettant aux ordinateurs et aux personnes de travailler en coopération ».

Les développements récents suggèrent que le Web 3.0 pourrait ne pas ressembler exactement au Web sémantique suggéré par Tim Berners-Lee, mais il a été décrit comme un bond en avant vers des réseaux ouverts, sans confiance et sans permission.

Lorsque Berners-Lee a fondé le World Wide Web, il l’a imaginé comme un centre d’information ouvert, un espace universel qui n’est pas contrôlé par une autorité centrale, de sorte que tout le monde peut y accéder sans autorisation. Certains experts suggèrent que le Web 3.0 est un retour à l’idée originale de l’internet imaginée par Tim Berners-Lee.

Plus de 30 ans se sont écoulés depuis que le World Wide Web a vu le jour et, au fil du temps, le monde de l’internet est passé par plusieurs étapes de développement. Il n’existe pas de définition classique du Web 3.0, mais en passant en revue ces étapes, vous pouvez vous faire une idée de la manière dont le Web 3.0 pourrait façonner l’avenir de l’expérience internet.

Web 1.0 – L’ère de la lecture seule

Il s’agit de la toute première version de Internet, développée à partir de 1989. Ce premier Internet était principalement composé de pages web reliées entre elles par des hyperliens. On l’appelle aussi le web « en lecture seule », car il n’était pas interactif au sens propre du terme et la plupart des contributions des utilisateurs se faisaient hors ligne. Les pages Web individuelles étaient des pages statiques hébergées sur des serveurs Web gérés par des fournisseurs de services Internet. Les gens utilisaient ce Web 1.0 principalement pour lire des informations, obtenir des mises à jour ou utiliser le chat en texte linéaire. Il est peut-être surprenant de constater que les publicités étaient interdites.

Le Web 2.0

Le Web 2.0 est apparu vers 1999, suite à l’émergence des plateformes de médias sociaux, de la publicité numérique, des blogs et de divers autres services permettant aux utilisateurs d’interagir avec l’internet. Le Web 2.0 ne fait pas référence à des améliorations techniques spécifiques de l’internet, mais à un changement dans la façon dont l’internet est utilisé. D’une plateforme de lecture seule, l’internet est devenu un lieu de création de contenu et d’expériences interactives.

Le lancement de l’iPhone en 2007 a popularisé l’accès à l’internet mobile, qui nous permet de rester toujours connectés. Cependant, le Web 2.0 signifie également qu’en plus de nous permettre d’ajouter des informations sur le web, le web collecte également des informations sur nous. Il peut surveiller notre localisation, nos préférences d’achat, nos transactions financières, etc.

Web 3.0 : Le nouvel Internet est sur le point d’arriver

Il ne fait aucun doute qu’au cours de cette ère, l’internet est devenu plus utile, plus interactif et une partie essentielle de nos vies, mais cela a également conduit à la centralisation du web.

Il a créé de nouvelles façons de s’organiser et de se connecter à d’autres personnes et a favorisé un plus grand degré de collaboration. Mais il a également ouvert de nouvelles possibilités de harcèlement en ligne, de cyberintimidation, de doxing, de diffusion de fausses informations, d’usurpation d’identité, etc.

Certains attribuent cette situation au fait que la plupart des services internet que nous utilisons aujourd’hui sont contrôlés par des géants de la technologie comme Google, Microsoft, Amazon et Facebook. Les utilisateurs ont peu de contrôle sur l’utilisation de leurs données et de nombreuses allégations ont été formulées à l’encontre de ces entreprises milliardaires (ainsi que des nombreuses petites entreprises qui prolifèrent sur le web), suggérant qu’elles manipulent les utilisateurs, exploitent leurs données à des fins lucratives et constituent une grave menace pour la démocratie et la liberté d’expression.

Récemment, Frances Haugen, ingénieure et scientifique spécialisée dans les données, et ancienne chef de produit chez Facebook devenue lanceuse d’alerte, a accusé l’entreprise de ne pas prendre délibérément de mesures contre la propagation de la haine et de la désinformation sur ses plateformes de médias sociaux. Dans une interview accordée à CBS, Haugen a déclaré : « Ce que j’ai vu chez Facebook, encore et encore, c’est qu’il y avait des conflits d’intérêts entre ce qui était bon pour le public et ce qui était bon pour Facebook. Et Facebook, encore et encore, a choisi d’optimiser pour ses propres intérêts, pour faire plus d’argent. »

Bien que Facebook se soit défendu contre les affirmations de Haugen, ce n’est pas la seule fois que les grandes entreprises technologiques doivent répondre de leurs actes. De nombreux rapports sur les stratégies commerciales trop agressives d’Amazon, les violations de la vie privée par Facebook et l’utilisation de l’intelligence artificielle par Google ont soulevé de grandes inquiétudes quant à la sécurité associée au Web 2.0.

C’est également la raison pour laquelle de nombreux experts en technologie blockchain considèrent le Web 3.0 comme une version plus sûre et indispensable de l’internet.

Web 3.0 : L’internet de demain

John Markoff, journaliste au New York Times, a inventé le terme « Web 3.0 » en 2006. Le Web 3.0 est à bien des égards un retour à l’idée originale de Berners-Lee, le Web sémantique, où aucune autorisation n’est nécessaire de la part d’une autorité centrale et où il n’y a pas de nœud de contrôle central.

Alors que le Web 2.0 a été stimulé par les développements de l’internet mobile, des réseaux sociaux et de l’informatique dématérialisée, le Web 3.0 s’appuiera sur de nouveaux types d’innovation technologique, notamment l’informatique périphérique, les réseaux de données décentralisés, la blockchain et l’intelligence artificielle.

Bien que nous n’ayons pas encore assisté à une transformation complète vers le Web 3.0, les experts en technologie et les amateurs de blockchain ont fait des prédictions prometteuses sur l’aspect que pourrait prendre l’Internet du futur. Voici quelques-unes de ces hypothèses intéressantes :

  • Le Web 3.0 pourrait servir d’extension à divers éléments du Web 2.0. Par exemple, de la même manière que les développeurs créent aujourd’hui une combinaison de deux ou plusieurs applications, les utilisateurs du Web 3.0 seraient en mesure de combiner eux-mêmes différents programmes et services, afin de personnaliser leur utilisation du Web.
  • Actuellement, un utilisateur obtient des informations sur l’internet à partir de divers serveurs et bases de données situés dans différentes parties du monde. Sans surprise, plus de 50 % de ces centres de données appartiennent collectivement à Amazon, Google et Microsoft. Dans le Web 3.0, les données seront stockées sur des réseaux icould décentralisés et des unités de stockage autonomes. Par conséquent, le Web 3.0 ne dépendra d’aucun centre de données centralisé pour fournir des informations aux utilisateurs. Toutefois, la création d’un système de stockage de données décentralisé aussi puissant constitue en soi un très grand défi.
  • La recherche sur Internet fonctionnera également différemment sur le Web 3.0. Un peu comme les publicités et les flux personnalisés que vous connaissez sur Facebook et YouTube. Grâce à l’utilisation d’une IA avancée, le moteur de recherche du Web 3.0 offrira des résultats personnalisés pour chaque utilisateur en fonction de ses préférences et de ses besoins. Ainsi, par exemple, si un mangeur de viande et un végétalien tapent chacun « Meilleurs restaurants à proximité » dans la barre de recherche, ils recevront chacun des résultats différents en fonction de leurs préférences. Bien entendu, cela signifie également que les algorithmes en sauront encore plus sur nous.
  • En tant qu’utilisateur, vous disposerez d’une identité unique sur le Web 3.0 qui vous permettra d’accéder à tous vos actifs, données et services et de les contrôler sans avoir à vous connecter sur une plateforme ou à demander la permission à un fournisseur de services particulier. Vous pourrez accéder à l’internet de n’importe où et gratuitement, et vous serez le seul propriétaire de vos actifs numériques.
  • Outre l’expérience de l’internet sur un écran en 2D, les utilisateurs auront également la possibilité de participer à une plus grande variété d’environnements 3D. De n’importe où, vous pourrez visiter la version 3D VR de n’importe quel lieu historique que vous recherchez, jouer à des jeux tout en étant dans le jeu en tant que joueur 3D, essayer des vêtements sur votre moi virtuel avant de les acheter. Dans le Web 3.0, vous pourriez également passer du temps dans un métavers immersif en 3D où vous pourriez collecter ou acheter des biens virtuels. En bref, grâce à l’utilisation combinée de la RV, de la RA, du Web sémantique et de l’IA, le Web 3.0 pourrait vous offrir de meilleures possibilités d’interaction avec le monde virtuel que le Web 2.0.

Personne ne peut confirmer quand exactement nous pourrons voir un Web 3.0 à part entière, mais certaines communautés en ligne comme la Web3 Foundation, Ethereum Network, Polkadot, etc. travaillent actuellement sur différents projets visant à donner vie au Web 3.0.

Cependant, les experts suggèrent que l’architecture du Web 3.0 nécessitera beaucoup de ressources et d’infrastructures supplémentaires, et qu’il ne sera pas facile de créer un écosystème susceptible de mettre fin au monopole des grandes technologies, ou de s’attendre à ce que les grandes technologies laissent faire. Les récentes annonces de Facebook concernant la transition de ses activités vers le métavers indiquent que nous pourrions arriver au Web 3.0 et découvrir qu’il est également contrôlé par les mêmes acteurs que le Web 2.0 !

 

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *